Jacques Boisvert, MD – 2011

Photo - BoisvertGradué de la faculté de médecine de l’université de Montréal en 1965, le docteur Boisvert a obtenu sa certification en radiologie diagnostique en 1970.  Suite à celle-ci, il a complété un fellowship en radiologie pédiatrique à l’Hôpital Ste-Justine de Montréal et aux hôpitaux Children et St-Christopher de Philadelphie.

Membre du département de radiologie de Ste-Justine de 1971 à 2009, il est un des pionniers de l’échographie au Québec et plus particulièrement de l’échographie pédiatrique depuis 1973.

Le Dr Boisvert est professeur agrégé de clinique à l’Université de Montréal en radiologie pédiatrique ainsi qu’en échographie obstétricale et pédiatrique.  Il est l’auteur ou co-auteur de 38 articles scientifiques et de 22 chapitres de livres, dont une participation importante à la rédaction du dictionnaire de thérapeutique pédiatrique.   Il a prononcé plus de 110 conférences et présentations au Canada, aux Etats-Unis et en France où il a entre autre été conférencier invité à 3 reprises au congrès de la Société française pour l’application des ultrasons à la médecine et à la biologie.  Il s’implique également à titre de membre du comité de lecture et de révision d’articles auprès de la revue médicale française intitulée Journal d’échographie et de médecine ultrasonore (JEMU).

Docteur Boisvert est un lauréat du prix de reconnaissance du Conseil du CMDP de l’Hôpital Ste-Justine, dont il est membre honoraire, et il est membre émérite de la SCFR, société pour laquelle il a assumé la présidence du comité scientifique durant 3 ans.  Il est également membre de comités hospitaliers, universitaires et d’associations scientifiques et administratives médicales, nationales et internationales.

Dominique Màrton, MD – 2011

Photo - MàrtonRigoureux, convaincu, déterminé : voici les qualificatifs pour décrire le Dr Dominique Màrton, radiologue.  Il a consacré 40 ans à soigner les enfants malades à l’Hôpital Ste-Justine.  Dévoué et attaché à sa profession, à ses collègues et aux institutions auxquelles il a appartenu, il a toujours démontré beaucoup d’enthousiasme dans son travail et a toujours cru à l’esprit d’équipe et au sentiment d’appartenance.

Originaire de France (Poitou) et montréalais depuis 1951, il a complété ses études collégiales à Brébeuf ainsi que ses études universitaires et post doctorales à l’Université de Montréal.  Après un complément de formation à New-York, il se joint à l’équipe de radiologues de l’Hôpital Ste-Justine en 1968.  Chef du département de 1974 à 1982, il fut très actif sur le plan académique par son enseignement aux externes et plus particulièrement aux résidents de radiologie, d’orthopédie et de pédiatrie.  Il est professeur titulaire de clinique de la faculté de médecine de l’Université de Montréal depuis 1985.

Il a été très tôt intéressé par l’étude des pathologies du système musculo-squelettique où il a su développer une belle complicité avec ses collègues d’orthopédie pédiatrique, grâce entre autre au Dr Morris Duhaime.  Mais c’est surtout comme un ardent défenseur des enfants maltraités qu’il s’est fait connaître ; passionné dans son enseignement et ses témoignages en cour, il a su démontrer que la clef de voûte d’un diagnostique d’enfant battu passe par la recherche des fractures non accidentelles sur les radiographies du squelette.

Le docteur Màrton fut très impliqué dans son milieu, occupant des mandats de vice-président à la Société canadienne-francaise de radiologie ainsi que de responsable de l’enseignement continue à l’Association des radiologistes du Québec.  Il fut également élu représentant des médecins au Conseil d’administration de l’Hôpital Ste-Justine et par la suite, nommé président de la campagne Famille de la Fondation de l’hôpital du même nom.

Comme il l’a souvent répété : « On ne peut pas passer 40 ans de sa vie dans la même institution sans en être fier et sans développer un sens d’appartenance réel à celle-ci ».